LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

samedi 24 octobre 2009

Les SARKOZY jettent l'éponge

L’entreprise SARKOZY père et fils vient de faire faillite. Le jeune conseiller général de Neuilly a dû renoncer à occuper au mois de décembre le fauteuil de président de l’EPAD de la défense que lui avait aimablement avancé le président de la République. C’est un échec cuisant pour le chef de l’Etat qui croyait pouvoir s’affranchir de la morale républicaine pour placer ouvertement le coffre-fort de la Défense dans le giron familial. Les réactions de l’opinion ont été si vives, elles ont à ce point cristallisé autour de ce scandale la révolte contre les privilèges des puissants que le père président, qui proclamait le 14 octobre : « Je ne lâcherai rien », a dû renoncer au piston pour le fiston. L’éponge est jetée mais l’épisode n’est pas effacé. Il a jeté une lumière crue sur l’arrogance sarkoziste, les passe-droits à droite , l’amoralisme de l’argent roi, sur une manière de gouverner.

Les SARKOZY ont plié ; ils n’ont pas rompu. Jean SARKOZY recule mais c’est pour mieux sauter (espère-t-il ) sur le conseil général des Hauts de Seine dans un peu plus de deux ans et, par la même occasion, récupérer l’EPAD et le contrôle de la Défense. Le projet est différé et non abandonné. Il n’y a dans son renoncement qu’une obligation tactique. Seuls les électeurs peuvent interdire une récidive.

Cette affaire aura eu une vertu, celle de dévoiler le rapport très particulier de l’UMP à l’égard du plus grand centre d’affaires d’Europe, aux antipodes des intérêts des populations. L’administration de la Défense est en quelque sorte la maquette du Grand Paris rêvé par l’Elysée. La volonté de garder la mainmise sur la Défense, en s’affranchissant des principes républicains, résume aussi la démarche gouvernementale à l’égard des collectivités locales. Centraliser, ôter la décision aux instances démocratiquement contrôlées par les populations, favoriser la finance, réduire les services à la population. Deux siècles plus tard, SARKOZY en revient à Napoléon III et à un urbanisme tracé à la trique par le baron Haussmann au profit des affairistes de l’immobilier.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO