LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 2 octobre 2009

Hé Borloo, tu ne dis rien sur le coût écologique?

La préparation de La Poste à sa privatisation est à l’origine de nombreuses restructurations depuis déjà des années. Fermetures de bureaux, regroupements de centres de tri…souvent très éloignés géographiquement. L’objectif, ce sont les gains de productivité et donc les économies sur la masse salariale, concurrence oblige. Mais ces « économies » auront un autre coût que le gouvernement passe sous silence chaque fois qu’il privatise une entreprise publique… Exemple à Pau, dans le Béarn, où le centre de tri de l’Ousse-des-Bois va être fermé. Le courrier partira alors vers des plates-formes industrielles, probablement à Toulouse ou à Bordeaux. Ce qui veut dire que tous les courriers échangés entre Palois passeront par Toulouse ou Bordeaux avant de revenir à Pau. Pour La Poste, cette centralisation industrielle du tri peut représenter quelques économies sur la masse salariale et sur la productivité. Pour l’environnement, en revanche, il serait intéressant de calculer le nombre de tonnes de carbone supplémentaires que cette nouvelle organisation rentabilisée va coûter. D’autant qu’en matière de privatisation, à chaque fois, le gouvernement est loin de faire dans le vert. Dernier exemple soulevé par l’association des utilisateurs du transport de fret : La promesse de BORLOO de supprimer 60% des « wagons isolés » (des wagons qui transportent un produit différent du reste du convoi). L’association a calculé que cette mesure mettra entre 800.000 et un million de camions supplémentaires sur les routes !

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO