LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

mercredi 14 octobre 2009

Le Grand Paris: un pivot pour la dangereuse réforme des territoires

Le projet de loi « Grand Paris » de Nicolas Sarkozy est un pivot de la réforme des collectivités territoriales.
Le Grand Paris, concocté par Christian Blanc, fait l’objet d’un traitement spécifique qui vise à déposséder les Franciliens de toute maîtrise de leurs territoires dans une Europe des Régions entièrement dédiée à la rentabilité et aux marchés financiers.Avec plus de 500 millions d’€ de PIB, une concentration importante d’emplois, de qualifications et de richesses, l’Ile-de-France constitue un enjeu majeur de captation d’argent public au profit du privé.
Il s’agit pour le gouvernement de remodeler la Région capitale à sa guise, sapant notamment les compétences du Conseil régional et des départements et communes.

Si ce projet paraît très distant, de par l’envergure pharaonique des projets et des financements annoncés, il concerne pourtant la vie quotidienne de tous les habitants, tous les salariés et constitue un véritable danger à bien des égards.
Main basse sur les territoires
Ainsi le projet du Président de la République prévoit la création d’Etablissements publics, dotés de tous les pouvoirs sur les territoires considérés comme « porteurs ». Pour l’Ile-de-France, un Etablissement public spécifique serait créé, «Société du Grand Paris», chargée de la mise en œuvre d’infrastructures de transport au détriment des réseaux de proximité, de la RATP et du STIF.
L’Etat pourra ainsi aménager et préempter, à la place des communes et des élus locaux, sans même demander leur avis, des terrains jugés nécessaires pour faire avancer les projets du Gouvernement et les livrer à la spéculation.
Et ces terrains, autour des gares, représentent deux fois la superficie de Paris! C'est dire l'importance du nombre d'hectares que le Pouvoir veut livrer à la spéculation, sans que les élus municipaux puissent s'y opposer. Les collectivités franciliennes, à tous les niveaux, se verront coupées du levier de décision politique.
Sarkozy veut conserver une poignée d’élus locaux, si possible à sa botte, comme vernis démocratique et mettre la main sur la gestion des territoires. Les logiques de rentabilité sont le seul projet d’avenir de l'équipe Sarkozy-Fillion -Christian Blanc. L’enjeu est de taille. Sous couvert d'une intervention publique forte, ces choix sont hélas cohérents avec ceux du gouvernement dans tous les domaines :
- dans un premier temps, affaiblir les compétences des collectivités et détourner autoritairement l’investissement public ;
- dans un second temps, se servir de la puissance publique pour imposer l’ouverture d’un maximum de terrain aux appétits du privé.
Racket sur les finances locales
La recherche est la même que celle de la réforme Balladur : désengager financièrement l’Etat, opérer des transferts de charge vers les collectivités et réduire les versements de dotations nationales.
Ainsi, après la suppression de la taxe professionnelle, la société « Grand Paris » et les territoires « porteurs » monopoliseront l’essentiel des sources de financements régionales contre le financement des besoins réels en équipement (emploi, transport, logement, etc.…) des Franciliens.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO