LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

lundi 9 juillet 2018

« Feu sur les enfançons », l’éditorial de Patrick Apel-Muller dans l’Humanité de ce jour !



La majesté du lieu doit conjurer l’affaissement du trône. Au fil des sondages, l’hermine dont s’est paré le président s’est effilochée sur la rugosité de sa politique. Plus que tout autre, il devient le président des riches, aimable avec la noblesse du CAC 40, indifférent à la pauvreté, hostile au bien public, brutal avec les migrants. Emmanuel Macron a convoqué à grands frais le Congrès à Versailles pour soliloquer. Il plaidera son bilan, vantera une réforme constitutionnelle qui vise à museler la représentation nationale et s’en ira, sans même prêter attention à ce qui lui sera répondu.

De retour au Palais, se renseignera-t-il sur l’avancement de ses prescriptions aux allocations familiales ? Nous le relevons aujourd’hui, grâce à l’un de nos lecteurs, le pouvoir s’en prend à présent aux « enfançons », comme on disait jadis, et à leurs parents. Il s’agit d’augmenter de 2% le reste à charge d’une journée de crèche et de réduire la participation de l’État à la réalisation de 30 000 crèches que le candidat devenu président avait promis. L’addition pour les contribuables ? Près de 3 millions d’euros à Montreuil ou Saint-Denis, 12 millions pour Marseille…et si les collectivités ne peuvent pas payer, la responsabilité de l’échec leur sera attribuée. Quant au pouvoir d’achat d’un smicard, il serait amputé chaque année de 120 euros. Voilà ce qu’il en est de la politique familiale, de l’égalité des chances qui trouve – toutes les études le montrent – un coup de pouce par le passage en crèche, et de l’émancipation des femmes !

Sans doute, ce volet figurera-t-il discrètement dans le plan pauvreté, reporté de mois en mois par un président qui n’a pas tergiversé, en revanche, pour offrir 11 milliards d’euros à des milliardaires dont les fortunes explosent. Alors qu’on évoque une nouvelle mouture de la constitution, chacun devrait méditer la formule de Jaurès : « Je n’ai jamais séparé la République des idées de justice sociale sans laquelle elle n’est qu’un mot. »

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO