LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

dimanche 20 mai 2018

Seine Saint Denis Habitat Non à la vente des logements sociaux


Le mardi 15 mai, a été présenté au Conseil d’administration de l’office départemental, un mémoire, proposant la vente d’une partie  du patrimoine de Seine-Saint-Denis Habitat. Romainville serait concernée par la vente de 82 logements rue Saint-germain (Cachin), 50 rue de la République, 38 à la résidence Elsa Triolet et 40 rue des Oseraies. Les élu-e-s du groupe communiste, Citoyen, Front de gauche pour une transformation sociale et écologiques, et les élu-e-s Insoumis-e-s, siégeant au Conseil d’administration ont voté contre ce mémoire (voir la déclaration du groupe ci-dessous). Madame Asma GASRI, représentant notre ville au Conseil d’administration, A EMIS UN VOTE FAVORABLE À CE MÉMOIRE, conformément aux Zone de Texte: COMMUNIQUE préconisations d’Emmanuel Macron et de son gouvernement

Bobigny, le 16 mai 2018

Seine Saint Denis Habitat
Non à la vente des logements sociaux



Le 15 mai, les élu-e-s de notre groupe siégeant au conseil d’administration de l’office départemental ont voté, avec les représentant-e-s de la CNL, contre le mémoire proposant de vendre une partie du patrimoine de Seine-Saint-Denis Habitat.

Alors que Seine-Saint-Denis Habitat, comme tout le logement social, est mis en difficulté par les mesures de la loi de finance lui faisant porter le poids de la baisse des APL, nous refusons que la vente des logements, voulue par la loi ELAN, soit appliquée avant même que celle-ci ne soit votée.

Ce n’est pas en se séparant d’une partie de son patrimoine que l’office assurera son avenir. Au contraire, le produit des ventes ne fera que masquer des difficultés financières dont la principale cause est le retrait des aides de l’Etat, pourtant constitutives du modèle économique du logement social.

C’est à ce niveau qu’il convient d’agir et pas un autre. Nous ne nous faisons pas d’illusion : face au rouleau compresseur LREM, ce n’est pas le seul vœu proposé par le président Troussel qui fera infléchir Emmanuel Macron. Il faut qu’une vaste mobilisation se mette en place, associant l’ensemble des acteurs du logement social, à commencer par les locataires.

Le logement social est un élément fort de l’identité de notre département. Il constitue la première des protections sociales pour ses habitants, et l’attaque sans précédent qu’il subit avec ce gouvernement nécessite un débat qui dépasse le cadre de Seine-Saint-Denis Habitat. La discussion doit avoir lieu au sein de l’assemblée départementale, mais aussi avec les élu-e-s des villes concernées, et l’ensemble des séquano-dyonisiens.

Nous appelons donc Stéphane Troussel, président du Conseil Départemental et de Seine-Saint-Denis Habitat, à revoir sa position et créer les conditions d’un débat public où tous les aspects de la question seront mis en perspective, ce qui n’a pas été le cas au conseil d’administration du 15 mai.
Quel partenariat entre l’office départemental est les autres offices publics du département ?
Comment pallier à la faiblesse de la qualité de service rendu aux locataires ?
Quel financement pour les réhabilitations ?
Quels moyens pour produire les logements attendus par les 90.000 demandeurs de Seine-Saint-Denis ?
Autant de questions qui ne trouveront pas de réponse dans la décision précipitée de revendre des logements de l’office, qui n’exclut même pas la vente à la découpe aux particuliers, dont on sait pourtant les dangers dont elle est porteuse.

L’enjeu vaut bien plus que la fuite en avant de la vente du patrimoine. Montrons-nous à la hauteur !

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO