LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

jeudi 26 avril 2018

« Une inquiétante idylle », l’éditorial de Maurice Ulrich dans l’Humanité de ce jour !



 Il ne suffit pas de se faire des câlins devant les caméras pour régler les affaires du monde. Il ne fait pas de doute que le président de la République française et cinquième puissance mondiale doit parler au président des États-Unis comme aux présidents russes et chinois pour ne citer qu’eux, ce qui n’exclut en rien les autres. Il est tout aussi clair qu’Emmanuel Macron est arrivé à Washington en jouant la carte de l’homme qui serait capable de parler à l’oreille de Donald Trump mais la fermeté dont il se réclamait se ramène à un échec, quand il ne s’agit pas d’un tour de passe-passe sur le dossier explosif du nucléaire iranien. En exploitant une sorte de dialectique subtile qui annulerait l’accord tout en le dépassant qualitativement, Emmanuel Macron n’a fait que donner à Donald Trump des arguments lui permettant de justifier son retrait. Dès hier Téhéran, Moscou mais aussi Bruxelles n’étaient pas dupes. On peut rappeler qu’à son arrivée Emmanuel Macron avait indiqué qu’il n’y avait pas sur ce dossier de plan B, approuvé à ce moment-là par la Russie et la Chine. Il sera difficile à la diplomatie française de maintenir la fiction d’une avancée quand il s’agit pour le moins d’une retraite  camouflée.

Mais une autre question se pose. À quelle Amérique Emmanuel Macron a – t- il parlé en affichant cette proximité avec un président aussi discuté ?  Aux jeunes mobilisés contre les armes ? Aux progressistes, à ceux qui s’inquiètent pour l’environnement ? Il l’a fait dans son discours devant le congrès, en donnant le sentiment d’embrasser tous les problèmes du monde et en étant ovationné tout au long de son propos. On retiendra sans doute ces images mais elles ne peuvent occulter ce qu’au fond, il partage avec Donald Trump malgré leurs différences de style. Une conception autoritaire du pouvoir, l’idée des États comme des entreprises, une vision exclusivement libérale de l’économie. Au fond l’idylle de ces trois jours n’est pas une parenthèse et c’est bien le plus inquiétant.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO