LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 13 avril 2018

« Le président aux champs », l’éditorial de Patrick Appel-Muller dans l’Humanité de ce jour !


N’exagérons rien, Emmanuel Macron ne s’est pas embarqué dans Rendez-vous en terre inconnue. Mais sa prestation en compagnie de Jean-Pierre Pernaut ressortait d’une campagne de communication à destination d’électeurs qui ne se retrouvent pas dans la politique qu’il impose à coups d’ordonnances, de cadeaux aux grandes fortunes, de déclassement des territoires. Peut-être le président espérait-il trouver, dans ce bourg coquet doté de commerces et des services que perd la ruralité, le cadre confortable d’un village Potemkine, ce décor peint que traversait le tsar. Louis XVI aussi avait effectué, en Normandie, son voyage en province…Mais, la maire du village a noirci le tableau en rappelant ce que la commune avait perdu en dotations et combien elle souffre de l’austérité qui lui est imposée.

Pour le reste, en dépit de l’aménité de celui qui l’interrogeait, il n’a pas eu un geste pour la France populaire. Annonçant qu’il fallait la « remettre au travail », il a insinué qu’elle ne fait rien. Sourd aux mouvements sociaux, il s’est voulu inflexible et brutal. Les étudiants en lutte ? « Des agitateurs professionnels ! » Les retraités frappés par la hausse de la CSG ? Il s’en moque en les remerciant de « leurs efforts », comme s’il s’agissait d’une contribution volontaire. Il a également trahi son ignorance de la vie du pays réel en affirmant que les territoires ruraux comptaient plus de pauvres que les grandes villes, quand c’est nettement l’inverse. Emmanuel Macron n’apporte rien mais veut vendre son image – ainsi que le transport ferroviaire… – dans cette offensive médiatique qui va se poursuivre par un nouveau détour champêtre dans les Vosges.

Le président qui prônait la parole rare et jupitérienne poursuit son plan com, dimanche soir, sur BFMTV. Le parcours y sera peut-être moins balisé. D’ici là, aura-t-il  ajouté à la guerre qui ensanglante le Proche-Orient ? Peut-être, selon son bon vouloir. La vraie vie est ailleurs. Aux côtés des cheminots, des soignants des Ehpad et des hôpitaux, des éboueurs ou des fonctionnaires, des salariés de Carrefour et d’Air France.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO