LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 6 avril 2018

« Luttes en cours », l’éditorial de Michel Guilloux dans l’Humanité de ce jour !



Le problème avec le principe de réalité, c’est qu’il est souvent incommodant, voire accommodant du tout. Ainsi s’est-il de nouveau invité, jeudi, au centre hospitalier de Rouen, quand deux infirmières ont tenu tête au monarque républicain en visite, dont la devise d’un lointain ancêtre, « l’État c’est moi », s’agrémente d’un appendice : « J’assume’. Les retraités sont rackettés ? « J’assume. » Les hôpitaux étranglés ? « J’assume. ». Et, au fait, la SNCF, alors ? Tiens, l’assomption est transmise avec l’eau du bain à l’hôte de Matignon : il ne faudrait pas que çà finisse par « empêcher le gouvernement de gouverner ». Une semaine n’est pas passée que la forme de lutte choisie massivement par les cheminots oblige les manœuvriers  de tout poil à en rabattre, d’autant que les arguments des défenseurs du rail public commencent à porter dans l’opinion.

Regardez ces salariés de Carrefour, à qui on proposait royalement d’attendre la fermeture de leur site avec une prime due au titre de l’intéressement d’à peine 50 euros. La fortune de leur actionnaire principal, Bernard Arnault – l’un des premiers visiteurs de l’Élysée après le présidentielle –, a cru de près de 800 euros par seconde, l’an passé. Ce n’est pas un miracle si, soudainement, le montant de cette prime pouvait être multiplié par dix : fruit de leur lutte, là encore massive et unitaire, ce premier recul ne peut que les encourager. Les têtes se relèvent contre le mépris et la violence de classe. C’est vari dans la fonction publique, dont la profondeur du refus de la casse des outils au service de la nation se mesure à l’intégralité des syndicats du secteur qui font front commun. C’est vrai ailleurs, pour les salaires à Air France, lieu s’il en est de culture catégorielle.

Et quand la violence d’extrême droite ou de droite extrême, à laquelle s’ajoutent de basses méthodes d’intimidation policières, rejoint un plan massif de sélection sociale du bac à la fac, les étudiants, voire des lycéens, commencent eux aussi à avoir leurs propres raisons de se mobiliser. Aucun slogan incantatoire n’a déclenché de luttes sociales victorieuses dans notre pays. En revanche, de petits ruisseaux en grandes colères…

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO