LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 5 octobre 2018

« Revanche en noir », l’éditorial de Patrick Apel-Muller dans l’Humanité de ce jour !




Ils préparent une revanche. Les messieurs bien mis qui font les hauts et les bas de la bourse brésilienne auraient préféré un candidat plus présentable. Leur favori, à la peine, ils reportent leurs espoirs de revanche sur un fasciste pur sucre, familier des militaires putschistes, amateur de privatisations et de répression : Jaïr Bolsonaro. Son populisme l’a placé en tête des intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle. Les oligarques de Rio et de Sao Paulo espèrent parachever avec lui une entreprise qui court depuis plusieurs années. Ella a débuté par la destitution de la présidente Dilma Rousseff par une coalition de parlementaires réactionnaires et de députés affairistes compromis dans des scandales. Elle s’est poursuivie par un mauvais procès fait à Lula et son emprisonnement pour empêcher le leader charismatique du Parti des travailleurs d’être réélu président. Un complot des pourris et des nantis pour reprendre le terrain gagné par les déshérités brésiliens, accaparer la quasi-totalité des cent quarante et une entreprises publiques, broyer les retraites dans leur capitalisation, comprimer les dépenses publiques et en premier lieu les budgets sociaux.

Ce projet au long-cours – comme le continent en a connu plusieurs – a d’abord trouvé un accueil complaisant parmi les décideurs occidentaux et les grands médias. Ces paysans sans terre et le petit peuple des favelas et des usines étaient devenus des acteurs politiques trop menaçants pour les latifundiaires et les financiers brésiliens ou internationaux qui mettent en coupe réglée le géant de l’Amérique latine. Et qu’importe finalement si leur champion a une sinistre allure…les affaires, dit-on dans ces milieux, étaient meilleures sous les généraux à visières et lunettes noires.

La partie n’est pas jouée cependant. Fernando Haddad, du PT, et sa colistière communiste se sont fait connaître dans la campagne. Ils progressent régulièrement et incarnent désormais le vote social, le choix démocratique, l’humanisme. Le Brésil n’a pas encore basculé dans un trou noir.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO