LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

mardi 7 février 2017

" Sauve qui peut Fillon ", l'éditorial de Maud Vergnol dans l'Humanité de ce jour !


« Que celui qui n’a pas pêché lui jette le première pierre. » Voilà en résumé la ligne de défense de François Fillon, qui s’accroche à sa candidature comme une moule à son rocher. » Son opération vérité » devant un parterre de journalistes ressemblait plutôt à une opération survie, misant tout sur la carte de la victimisation. Une technique éculée, maintes fois resservie par Nicolas Sarkozy à chaque fois qu’il était accablé par un nouveau scandale. À écouter hier François Fillon, c’est tout juste s’il ne faudrait pas s’excuser d’être révolté par ses petits arrangements avec la loi. « Je n’ai rien fait d’illégal », a-t-il de nouveau affirmé des trémolos dans la voix. Ce qui reste encore à prouver au vu des preuves accablantes sur lesquelles la justice se prononcera. Clou de ce sordide spectacle, le candidat en sursis a osé proposer une législation plus stricte sur la transparence de la vie politique. Or le député de la Sarthe s’y était vigoureusement opposé en 2013. « Je suis scandalisé que le gouvernement parle de moralisation. Comme si la vie politique était immorale. Moi, je n’ai rien à cacher. Je ne voterai pas ce texte parce qu’il n’a aucun intérêt », disait-il à l’époque. Qu’importe que son camp ait péniblement distribué ce week-end, sous les quolibets, son tract contre « la chasse à l’homme », et que même ses proches commencent sérieusement à douter, François Fillon n’en démord pas ce sera lui ou « la Bérézina ».


Juppé ayant définitivement décliné l’invitation, la droite semble à juste titre tétanisée. Car quel que soit son candidat au final, le programme choc de François Fillon, qui reste celui des « Républicains » et qui emprunte autant à Thatcher qu’à Le Pen, risque de se heurter violemment contre le mur de l’opinion publique, qui commence à prendre la mesure de l’impasse oligarchique. D’autant que sa campagne n’a pas attendu le Penelopegate pour patiner. Le rétropédalage du candidat, en décembre, sur la sécurité sociale avait déjà fait dérailler celui qui pensait pouvoir imposer du sang et des larmes sans trop d’efforts…

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO