LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

lundi 4 juin 2018

« Tri social », l’éditorial de Paule Masson dans l’Humanité de ce jour !



« Vous êtes, pour le moment, en liste d’attente…Votre position : 0. Nombre total de candidats en liste d’attente : 0. » Si l’on en croit son algorithme, Parcoursup explique à cet élève qu’il n’existe pas. Un autre s’est vu notifié être le 337e sur une liste d’attente de…315 candidats. Les inepties de ce genre sont légion depuis la première salve de réponses informatiques apportées aux vœux des lycéens. On avait déjà compris combien le dispositif généralise la sélection à l’entrée de l’université, le voilà aussi de plus en plus soupçonné de tri sélectif à l’encontre des jeunes qui habitent de l’autre côté du périphérique !

Dans certaines classes de Seine-Saint-Denis, 100% d’élèves se sont retrouvés sans affectation. Dans un lycée de Montreuil, plus de 50% des lycéens sont recalés alors que le taux de réussite au bac avoisine les 90% ! Avec Parcoursup, « ceux qui ne sont rien » n’ont rien, même s’ils ont un bon dossier scolaire. Ici, il n’est même plus question de « méritocratie ». Les territoires discriminés le restent. La sélection prive déjà des centaines de milliers de jeunes du droit précieux de choisir un parcours de vie, mais Parcoursup va plus loin. Le système reflète un but politique, celui d’apprendre les nuits sans rêves et les lendemains sans avenir aux enfants qui ne sont pas ceux de l’élite.

À eux le sentiment d’échec devant le mur du refus qui défile sur l’écran. À eux l’incitation à renoncer, à se dire « à quoi bon passer le bac », quand la machine élimine leur souhait, recrache un choix qui n’est pas le leur ou les éjecte du système. Finalement Parcoursup est cohérent avec le « non-plan » banlieue du gouvernement : maintenir les petites mains du libéralisme dans un état d’acceptation des inégalités sociales. Les ministres Blanquer et Vidal se gargarisent du succès du dispositif. Derrière les mots, pourtant, le message implicite d’une vie d’incertitude et de précarité a une immédiate répercussion : la cote de popularité d’Emmanuel Macron vient de chuetr de 12 points parmi les plus jeunes.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO