LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 26 janvier 2018

« Un spectre », l’éditorial de Maurice Ulrich dans l’Humanité de ce jour !


Emmanuel Macron est-il devenu altermondialiste, s’interrogeait gravement – ironiquement ?– une de nos chaînes d’info au soir de l’intervention de Davos du président français. Curieusement, il avait commencé son discours en anglais, « France is back », vantant sa réforme du Code du travail, la diminution de l’impôt sur les sociétés, la mise  en place d’une taxe forfaitaire sur la capital...« La France est réconciliée avec la mondialisation, l’économie, le succès. » Mais, c’était avec l’air de dire à la fois une chose et son contraire, pour mettre en garde, en français cette fois, l’assistance de chefs d’entreprise et d’investisseurs : « La croissance économique mais une finalité en soi mais un moyen. »

Dans le même mouvement, il invitait les multinationales à renoncer à l’optimisation fiscale à tous crins et à défendre les biens communs que sont l’éducation, la santé, l’environnement. Malencontreusement il oubliait d’évoquer la réduction par l’Union Européenne de la liste des paradis fiscaux, comme l’idée d’une taxe sur les transactions financières, mais son propos a atteint un sommet quand il a invité les pays à « arrêter cette tendance à détricoter le droit social ». Précisément ce qu’il disait avoir fait au début de son propos.


Les président n’a pas la langue fourchue, comme le disaient jadis les Indiens de bandes dessinées. Il sait en revanche ce que risquent aujourd’hui le capitalisme et cette mondialisation qu’il a fait sienne et dont il est l’un des artisans aspirant à un rôle majeur. « La mondialisation traverse une crise majeure. Si nous ne lui donnons pas un sens, les extrémismes gagneront dans dix ou quinze ans dans tous les pays. » Les extrêmes droites ? Non, plus surement ces nouvelles gauches qui apparaissent sur la scène du monde, y compris aux États-Unis, en Grande- Bretagne où le socialisme, le vrai, redevient une idée neuve. Déjà, la veille, le chef économiste du FMI mettait en garde contre les risques politiques de l’explosion des inégalités, de la remise en cause des politiques sociales. Comment continuer sans casser ? Un spectre hante Davos.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO