LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

mercredi 21 décembre 2016

" Austérité, 49.3, déchéance de nationalité, Claude Bartolone dans les pas de Manuel Valls !



« Austérité, 49.3, chômage, déchéance de nationalité, Claude Bartolone dans les pas de Manuel Valls » !
Claude Bartolone, vient donc d’officialiser son soutien à Manuel Valls. Rien de surprenant pour le Président de l’Assemblée nationale qui n’a pas pardonné à François Hollande d’avoir considéré qu’il « manquait d’envergure et de charisme pour être premier ministre ». Claude Bartolone, qui a toujours eu beaucoup de considération pour sa personne a d’ailleurs indiqué ce matin sur France-Inter qu’il s’agissait d’une « blessure personnelle ».

Mais ce n’est pas principalement dans cet épisode que réside le ralliement du député de Bondy, des Lilas, du Pré Saint – Gervais, de Noisy – le Sec et Romainville, à Manuel Valls. Il ne fait que confirmer son soutien à une politique douce pour les puissants et dure pour les plus faibles. Choix d’une politique néo - libérale, pacte de responsabilité – et ses 50 milliards d’euros offerts au patronat -, réforme des retraites qui a allongé la durée des cotisations, matraquage fiscal des classes populaires, loi travail, le 49.3, déchéance de nationalité, loi dite « de sécurisation de l’emploi » et sa faute originelle, non négociation du traité constitutionnel européen écrit par Merkel et Sarkozy. Ils peuvent s’en défendre, l’un et l’autre sont comptables de ce bilan. Qui peut le croire, qu’ils feront demain le contraire de ce qu’ils ont fait ?

Claude Bartolone a justifié son soutien en soulignant « que nous avions besoin d’autorité dans ce monde de brutes». Parlent de Manuel Valls, « Autorité et brutalité », ces deux termes pouvaient pas mieux le qualifier. Ne reculant devant rien,  il en a même rajouté parlant d’une « campagne qui réinstalle l’optimisme pour un candidat qui ramène l’espérance ». Il aura été jusqu’à le comparer à François Mitterrand qu’il avait soutenu en 1981. Rien que cela. En omettant de dire que le candidat qu’il soutient aujourd’hui le considère le Parti socialiste « comme dépassé », qu’il doit « changer de nom », plaidant pour « une maison des progressistes » théorisant sur les « deux gauches irréconciliables ». Que ne ferait pas celui qui, en 2017, fêtera, sans discontinuer, ses 36 années de député.

Il est vraiment temps de se lancer dans la campagne avec la volonté de faire émerger un grand mouvement à gauche pour une véritable politique de transformation sociale. Une politique du progrès social, de renforcement des services publics et de la démocratie. Les communistes de Romainville veulent contribuer à ouvrir la voie à une nouvelle majorité populaire à gauche. C’est dans cet esprit qu’ils appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle et pour une candidature de large rassemblement dans notre circonscription aux élections législatives.

Nous croyons que les forces existent pour mettre en échec une droite toujours plus à droite qui veut en finir avec ce qui a fait de la France ce qu’elle est malgré tout, avec la tentative des classes dirigeantes d’enfermer le peuple dans un duel entre Fillon et l’extrême droite, parée désormais d’une rose bleue. Une droite et une extrême droite qui s’infiltrent dans toutes les béances ouvertes par le pouvoir socialiste, qui a élargi les vannes de la régression, avec ses lois de libéralisation adoptées à coups de force. Le changement, quoiqu’en dise, Claude Bartolone, n’est pas du côté de celui – qui a gagné chez nombre de socialistes le surnom de Brutus – qui a tourné le dos à tous les fondamentaux de la gauche, à ses valeurs, il est du côté de celles et de ceux qui ne se sont jamais résigné, qui résistent et qui portent entre leurs mains l’avenir de notre pays.



Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO