LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

jeudi 14 décembre 2017

" Contre-révolution girondine ", l'éditorial de Maud Vergnol dans l'Humanité de ce jour !


D’un côté, les métropoles, ces territoires conquérants où devrait s’épanouir la « mondialisation heureuse ». De l’autre, une immense « périphérie », des banlieues aux territoires ruraux ou postindustriels, menacés de tomber en lambeaux sous les coups du néolibéralisme. Partout, la métropolisation libérale produit les mêmes effets, redessinant une carte de paysages dévastés par la désindustrialisation, d’autres désertés par les services publics, où germe le sentiment d’abandon et de déclassement…

Sous l’ère Macron, on ne parle plus d’égalité entre les territoires mais de « cohésion ». Les départements, comme les multinationales, sont désormais classés en « espaces high po » (comprendre « haut potentiel », ou encore en « centres de coûts ». « L’égalité qui ambitionne de créer de l’uniformité n’assure plus l’égalité des chances entre les citoyens des différents territoires », lançait en juillet le nouveau chef de l’État lors de la première conférence des territoires, pour annoncer, « en même temps », un nouveau « pacte girondin ». Un double langage typiquement macronien qui masque mal la reprise en main autoritaires des collectivités par le nouveau monarque. Tout est pourtant minutieusement orchestré et parfaitement cohérent : mise sous tutelle des budgets locaux, baisse drastiques des dotations, retour au contrôle à priori des décisions, désintégration du logement social, suppression des contrats aidés… « Nous allons nous imprégner de la réalité des territoires », a cru bon de lancer hier Édouard Philippe dans un énième coup de com qui consiste à décentraliser Matignon dans le Lot.


Mais le premier ministre aurait bien tort de se penser en terrain conquis dans un département où l’on croise de moins en moins de services publics, où 19 écoles ont fermé en trois ans et où les pompiers en sont réduits à embarquer des sages-femmes pour pallier la fermeture des maternités. Loin de la novlangue technocratique, c’est cette réalité que vivent une majorité de Français, à qui Emmanuel Macron avait promis une « révolution » politique. Guizot plutôt que Robespierre…

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO