LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

dimanche 18 septembre 2016

Deux années de mandat municipal ne sauraient masquer les enjeux des prochaines échéances électorales !



Comme nous, vous avez été destinataire d’un document émanant de la majorité municipale sur ses deux ans d’action. Nous n’y apprenons pas grand-chose, puisqu’il s’agit pour l’essentiel de la reprise des propositions de cette même majorité faites il y a plus de deux ans dans son programme municipal. Nous nous félicitons évidemment de la réhabilitation du Conservatoire à rayonnement départemental, comme de la création de 20 places au multi-accueil à Aubin.

Cependant certaines questions ne manquent pas d’interroger. Par exemple on évoque l’extension de la maternelle Cachin. Mais n’a-t-elle pas été réalisée d’abord pour accueillir les enfants de la maternelle Gagarine qui est maintenant détruite ? Sur cette même question  il est bien difficile de masquer les retards pris dans la réalisation d’équipements publics alors que les opérations immobilières n’en finissent pas. Ce qui est écrit dans la tribune des élu-e-s socialistes dans la tribune du dernier magazine prend la forme d’aveu, nous citons : « À travers la rénovation des écoles, la ville souhaite garantir une offre éducative équitable. PLUS DE 35 CLASSES RÉPARTIES SUR LE VILLE DEVRAIENT ÊTRE CRÉÉES D’ICI LA FIN DU MANDAT ». Donc en 4 ans !!

Mais l’essentiel, se situe ailleurs, à notre sens. Deux années de mandat municipal ne sauraient masquer les enjeux des prochaines échéances électorales. À aucun moment il n’est fait état de la vie des citoyens de notre ville. Difficultés de se loger, de se soigner, de retrouver un emploi, de boucler les fins de mois, d’accéder aux services publics. Pas un seul mot ! On parle aménagement mais à aucun moment des difficultés pour se loger ou pour payer son loyer !  Pourtant les citoyens de notre ville ne vivent pas dans une bulle, où pour eux, tout irait bien dans le meilleur du monde. Un français sur quatre se déclare à découvert avant la fin de chaque mois. Une récente étude indique « que 464 euros seraient nécessaires pour vivre confortablement ». Près de 40% des jeunes de 18 à 25 ans sont au chômage. 42% des français renoncent à l’achat de lunettes. Les uns après les autres les services publics sont supprimés. Cette situation épargnerait-elle notre ville et nos concitoyens ?

Certes, on nous objectera que tout cela n’entre pas dans les compétences de la collectivité locale. Mais ne s’agit-il pas  davantage d’exonérer les manquements et les promesses non tenues du pouvoir actuel, politiquement proche des élu-e-s de la majorité municipale. Pourtant la mandat présidentiel de François Hollande, soyons honnêtes, est indéfendable du point de vue de la justice sociale, de la réduction des inégalités, du vivre-ensemble, du progrès écologique ou du renouveau démocratique. Les Français vivront plus mal en 2017 qu’en 2012.

Le constat est simple François Hollande n’a jamais tenté de mettre en place les orientations qu’il avait défendues tout au long de sa campagne. À peine élu il a choisi de remettre aux calendes grecques ses principaux engagements. Au lieu de renégocier le Pacte budgétaire européen, comme il l’avait promis, il le fait valider et enferme ainsi encore plus fortement l’Europe dans cette politique rejetée par une majorité de français. L’austérité fiscale tue tout espoir de reprise économique, faute d’une grande réforme fiscale pourtant promise, et qui aurait apportée plus de justice sociale. L’Observatoire Français des Conjonctures Économiques estime qu’entre 2012 et 2016, les ménages français auront eu à supporter une hausse fiscale de 35 milliard d’euros, pendant que les entreprises, sans distinction, voyaient leurs contributions fiscales s’alléger de 20 milliards d’euros

Et point d’orgue à cette lente et désespérante descente aux enfers, alors que le quinquennat touche à sa fin, la gauche voit le président qu’elle a porté au pouvoir, oser s’en prendre à l’un des principaux acquis des combats sociaux : le code du travail. Qui plus est à coups de 49/3.

Puisqu’il en est qui penseront que nous exagérons, nous versons à nos dires un document qui en dit long. Voici ce qu’écrivait madame la Maire dans le magazine d’avril 2014, au lendemain des élections municipales : « …Ce résultat conforte notre bilan, notre travail nous incite à poursuivre notre action. Mais il ne peut effacer les silences et les témoignages liés à cette campagne. Parce que j’ai entendu le mal vivre de certains, les difficultés quotidiennes des autres, le manque de perspectives des plus jeunes, J’AI DÉCIDÉ DE M’ADRESSER AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DANS UN COURRIER QUE VOUS POURREZ CONSULTER SUR LE SITE DE LA VILLE ».

Nous sommes allés, à nouveau, prendre connaissance du contenu de ce courrier : nous vous en livrons quelques passages : « Je perçois la transition sociétale dans laquelle nous évoluons. Pour autant, comment ne pas prendre en compte, les attentes de nos concitoyens ? elles sont multiples : de l’emploi au logement, en passant par le mal-vivre lorsque, avec deux salaires équivalent au SMIC, des couples avec deux enfants survivent à peine, lorsque les jeunes étudiants bardés de diplômes ne trouvent pas d’emploi, lorsque les familles renoncent à contracter une complémentaire santé pour se soigner correctement… » Et de poursuivre :

« Les citoyens ne comprennent pas la suppression de services publics déconcentrés, comme à Romainville où la perception, le centre des impôts, la sécurité sociale et Pôle emploi ont été supprimés »
« Les citoyens ne comprennent pas toujours le manque de justice sociale, quand le gouvernement annonce 21 milliards d’euros d’économies sur la protection sociale… »
« Les citoyens ne comprennent pas toujours les annonces faites liées à la réforme des collectivités quand les services déconcentrés de l’État n’assurent plus leurs missions… »
« Restaurer la confiance des citoyens suppose de trouver des solutions alternatives à l’austérité, de renforcer la justice sociale et de maintenir nos services et équipements publics afin de garantir aux Français une égalité républicaine ».

MADAME LA MAIRE, NOTRE VILLE A EU RÉCEMMENT L’HONNEUR DE RECEVOIR LA VISITE DE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, POUVEZ-VOUS NOUS DIRE QUELLES ONT ÉTÉ LES RÉPONSES QU’IL A  APPORTÉES À VOS LÉGITIMES QUESTIONS, ALORS QUE PLUS DE DEUX ANNÉES SE SONT ÉCOULÉES ?

Au bout du compte, ne s’agit-il pas en publiant ce document sur les deux années de mandat municipal de la majorité, de faire diversion à la veille d’échéances où nos concitoyens auront à se prononcer sur des choix d’une politique nationale, qui a beaucoup à voir avec ceux d’une collectivité locale ?


Cela tend à montrer l’urgence d’ouvrir un chantier d’une grande respiration démocratique. L’échec de ce quinquennat impose à la gauche alternative une refondation historique. C’est de choix collectifs dont nous avons besoin sur un projet politique de rupture avec les politiques d’austérité. C’est dépasser les affres de la Vème République qui ne voit que par une personnalisation outrancière d’une vie politique qui a pourtant fait tant de mal !

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO