LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

mardi 21 juin 2016

22 janvier 2012, discours du Bourget. 22 janvier 2017, primaire du PS ! Hasard du calendrier ou nouvel enfumage des esprits ?



Le Parti socialiste et l’Élysée ont donc décidé d’organiser leur primaire pour désigner le candidat à l’élection présidentielle. Elle aura lieu les 22 et 29 janvier 2017. Cela ne trompe personne cette opération qui met en lumière la faiblesse de François Hollande apparaît taillée sur mesure pour ce dernier. Comme l’a indiqué Olivier Dartigolles « cette primaire validée par l’Élysée ressemble au dispositif de la dernière chance pour sauver le soldat Hollande ».

Cependant nous avons eu la curiosité de regarder de plus près les dates retenues, les 22 et 29 janvier. Ce 22 janvier nous disait quelque chose. Mais c’est bien sûr ! C’était un certain 22 janvier 2012 que le candidat Hollande déclamait au Bourget son fameux : « Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, de visage, pas de parti, et pourtant il gouverne, c’est le monde de la finance ». Alors hasard du calendrier ou un nouvel enfumage pour occuper le terrain à « gauche », en fêtant cet anniversaire ?

On peut toujours espérer du côté du PS lutter contre les vents contraires en tentant une opération de relookage du Président, ça ne prend plus ! Particulièrement  dans un moment où le mouvement social mobilisé contre la loi travail se heurte à un mur pour être entendu. Au moment où le gouvernement s’engage dans la voie de l’interdiction des manifestations syndicales ! Au moment où Gattaz l’implore de ne rien lâcher !

Hollande, n’a eu de cesse de servir les intérêts de la finance, des actionnaires et de leurs dividendes ! Aussitôt élu, il entérine le traité européen voulu par son prédécesseur et la chancelière allemande. La baisse du coût du travail entre dans le discours de l’exécutif pour ne plus en sortir. À l’automne 2012 le gouvernement crée le CICE, soit 20 milliards au service des entreprises. Dès mai 2013 Hollande s’assume partisan d’une politique de l’offre.

Puis c’est la mise en œuvre du pacte de responsabilité qui aboutit à une baisse massive des revenus salariaux, baptisés « coût du travail », avec la suppression du financement par le patronat de la branche famille de la protection sociale. Un coût qui s’élève à 35 milliards d’euros, dont les 20 milliards du CICE. Une diminution du taux d’impôt sur les sociétés. Une baisse drastique de 53 milliards d’euros des dépenses publiques pour les années 2015, 2016 et 2017 ; Cela concerne toutes les dépenses publiques, budgets publics de l’État, dotations aux collectivités territoriales…Et puis la réforme des retraites avec l’allongement de la durée de cotisation, pour s’en tenir à l’essentiel !

Alors la réforme de la fiscalité, la taxe à 75%, la lutte contre la finance folle, la suppression de la TVA étaient des paroles de candidat ! La ratification du traité européen, les aides aux entreprises, les baisses de « charges » sont des actes de président !


On peut tenter toutes les diversions ! Le 22 janvier est une date qui ne s’oublie pas !

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO