LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 15 avril 2016

Conseil municipal du 13 avril : Intervention de Brigitte Moranne sur le Contrat Local de Sécurité et de Prévoyance de la Délinquance



Monsieur le Maire Adjoint,  Philippe GUGLIELMI

Aujourd’hui, vous nous demandez de voter la mise en place du contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance.
Mais nous sommes sur le temps de la réponse politique et nous avons besoin de savoir qu’est-ce-qui dans le présent fait sens ?
Quel est le dénominateur commun pour lutter contre toutes les sortes de violences, de barbaries, et d’obscurantisme, toutes les formes de délinquance dans notre société ?

La lutte contre toutes les formes de violence ne pourra triompher que dans un projet de société qui place l’émancipation humaine au cœur de ses choix, avec plus d’éducation, plus de prévention, plus de culture, plus de dialogue et de compréhension mutuelle, plus d’associations et de travail en commun.
La réponse est du côté des progressistes qui croient en l’avenir de l’humanité et de sa jeunesse. Les causes de la violence ne se règlent pas en brandissant le retour de la morale et de l’autorité.

De même, nous ne croyons pas à la solution miracle de la vidéo surveillance.
La violence de notre société est la première cause de délinquance. Nous devons d’abord nous attaquer aux racines du mal : le chômage, les inégalités et injustices, la dégradation du cadre de vie, la dureté des relations de travail, l’échec scolaire ou encore les discriminations. Lutter contre la violence, c’est d’abord construire une société qui crée de la solidarité par des réponses immédiates en termes d’emploi, de justice sociale et de qualité de l’éducation.

Cela implique une autre politique basée sur une juste répartition des richesses et des moyens accrus pour les services publics de proximité.
S’assurer d’une présence quotidienne et pérenne de la police nationale, de magistrats d’enseignants, d’éducateurs, d’animateurs socio culturels et bien au-delà, tous ceux qui favorisent le lien social et les valeurs éducatives et par leur implication citoyenne et leur engagement associatif.

Lutter contre la violence, c’est aussi construire l’égalité et cela implique une intervention inédite et ferme de l’état contre la criminalité financière et économique telle que la fraude et l’évasion fiscale.
Cela implique une autre organisation du temps, où l’on accorde plus de temps libre pour sa famille, pour la vie associative et citoyenne à l’inverse de la remise en cause de l’application des 35 heures de travail hebdomadaire et de la loi sur le travail dominical.

La priorité est de lancer un plan d’urgence pour les jeunes majeurs  un certain nombre d’entre eux sont dans la plus grande précarité dès leur passage à la majorité. Aujourd’hui les jeunes sont inquiets pour leur avenir.
Ils ont perçu le choc d’insécurité qui les menace avec la loi El Khomri.
Lutter contre la violence c’est lutter contre l’exclusion et pour le droit au logement c’est aussi interdire les expulsions locatives.

Après la fin de la trêve du 31 mars, onze communes ont pris un arrêté commun pour interdire ces expulsions.
A l’initiative du maire de Stains, le texte s’appuie sur le non-respect d’accords internationaux par la France.
« Il faut savoir que la France a signé le pacte des nations unies qui prévoit dans son article 11 l’obligation du droit au logement ces expulsions touchent dans 99% des cas des personnes qui se retrouvent en très grande difficulté et se font dans une extrême violence


Notre groupe s’abstient sur la mise en place de ce CLSPD

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO