LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

mardi 22 septembre 2015

Logement social : Stop aux idées reçues !



La nausée l’écœurement à la vue des corps échoués sur les plages, l’indignité des paroles vaines, quand elles ne sont pas celles de l’indifférence et de la haine, çà suffit ! «  Migrants », « Réfugiés », au fond peu importe le mot pour désigner ces humains, nos frères, nos sœurs. Ces valeurs d’entraide, de solidarité, d’affirmation de la paix doivent rester au cœur de toutes les femmes et de tous les hommes de progrès. Solidarité avec ces réfugiés Syriens, Afghans, Irakiens ou bien encore Libyens  qui viennent demander aide, assistance et asile afin de garantir leur survie. Autant de peuples qui fuient les guerres, les persécutions, la torture et les oppressions. Autant de pays aussi, où les nations occidentales sont intervenues directement pour remplacer une tyrannie sanglante par un désordre établi, tout aussi sanglant. « Réfugiés, comme l’ont été durant ce dernier siècle les républicains espagnols, les démocrates italiens fuyant les dictatures fascistes. « Réfugiés » comme l’ont été ces millions de Français, d’Allemands, de Belges, d’Européens face à l’envahisseur nazi.

C’est la raison pour laquelle nous nous félicitons de la réponse positive apportée au préfet de Seine-Saint-Denis par Madame la Maire de Romainville en vue d’accueillir 70 réfugiés dans un immeuble de bureaux privés situé rue Alphonse Leydier. Monsieur le Sous-préfet a précisé dans un article du « Parisien » qu’il s’agissait « d’un pré-accueil ». Les personnes y seront hébergées 2 à 3 mois, le temps qu’ils obtiennent leur statut de réfugiés. C’était l’une des conditions formulée par les maires accueillants. Madame Valls précisant quant à elle « L’accueil ne peut pas être du long terme. Romainville possède 50% de logements sociaux et 6000 demandes attendent en mairie », précise-t-elle.

Autant nous tenons à saluer ce geste de solidarité, autant nous avons beaucoup de mal à comprendre comment on peut faire un parallèle entre l’accueil de ces réfugiés et les demandes de logement social. Passons sur ce chiffre de 50% de logements sociaux alors que l’INSEE et d’autres sources le situent à 43%. Mais surtout, il est nécessaire d’en finir avec cette idée reçue selon laquelle les logements sociaux ne seraient réservés qu’aux plus démunis, les exclus de la société, les travailleurs pauvres et les populations fragiles.


De part la loi le logement social a pour fonction de loger à un prix modéré tous ceux qui ne peuvent y parvenir par le simple jeu du marché. C’est d’ailleurs pourquoi les plafonds de ressources prévus par la loi permettent à 64% de la population à y prétendre. Dans l’esprit de la législation, le parc HLM s’adresse donc à une population modeste, mais pas exclusivement à sa composante la plus pauvre. Les employés et les ouvriers représentent la moitié des résidents (respectivement 25% et 24%), les retraités 26%, les professions intermédiaires, infirmières, instituteurs, professeurs 12% et les 13% autres se répartissent entre cadres, professions intellectuelles supérieures (5%) et résidents sans activité (7%). Pour de nombreux ménages, et pas seulement parmi les plus démunis le logement social est un logement pérenne. Il doit rester un outil des progrès social et de sécurité. Ne pas en finir avec ces idées reçues c’est prendre le contre pied de toutes les affirmations sur la « mixité sociale ».

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO