LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

dimanche 28 juin 2015

La démocratie bafouée un fois de plus au Conseil municipal !



Lors de la réunion du Conseil municipal du mercredi 24 juin, la majorité municipale a présenté un vœu sur le maintien des antennes de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie en Seine-Saint-Denis. Cette délibération demande « de prendre en compte la caractère spécifique de la Seine-Saint-Denis dans le futur projet de réorganisation des centres d’accueil de l’assurance maladie, permettant le maintien des antennes dans le département et des garanties sur leur fonctionnement ». Elle précise encore qu’avec « cette nouvelle restructuration, les antennes les plus proches pour les romainvillois seront Montreuil, Noisy-le-Sec et Bobigny ».

LES ÉLU-E-S DU FRONT DE GAUCHE ONT ÉVIDEMMENT VOTÉ CETTE DÉLIBÉRATION.

Nous publions le point de vue exprimé par Brigitte Moranne au nom du groupe des élu-e-s du Front de gauche :

« Si nous sommes d’accord avec la proposition de ce vœu, nous ne devons pas ignorer que les fermetures annoncées des centres CPAM de Seine-St-Denis sont les conséquences des politiques de Santé menées par les gouvernements successifs.

En effet, la loi de Santé votée en première lecture n’est qu’une aggravation de la loi HPST (Hôpital, Santé, Patients et Territoires).
Elle vise à réduire les coûts sur la santé et la sécurité sociale en accélérant les restructurations et fermetures d’activités.
A cela s’ajoute la baisse de l’ONDAM ( Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie) annoncée par le gouvernement en Avril dernier.

Aujourd’hui, la sécurité sociale va fêter ses 70 ans. Un ministre communiste en a été le fondateur.
A Romainville, un espace public porte son nom, mais suite à un projet immobilier, celui-ci va être détruit.
Nous proposons qu’à l’occasion de cet anniversaire un autre espace public soit baptisé Ambroise Croizat.

 Pour le vœu, nous proposons deux amendements :

1) A la fin du 2ème paragraphe, après sociaux, nous proposons d’ajouter la phrase suivante :
« Ce projet entrainera aussi la suppression de 170 postes dans notre département.
Cette politique de fermetures est la conséquence directe des restrictions budgétaires imposées par l’état à l’Assurance maladie ».

2) « A la fin du 5ème paragraphe, après Bobigny, nous proposons la phrase suivante :
Dans ces conditions, c’est l’accès aux droits qui est menacé. Cette question est d’autant plus vitale que près de 30% de la population renonce à des soins pour des raisons financières. »

Or en dépit de la demande réitérée des élu-e-s du Front de gauche de mettre aux voix ces deux amendements, madame Valls n’a pas daigné y répondre, soumettant au vote cette délibération dans sa version initiale.


Une fois de plus, les règles les plus élémentaires de la  démocratie au sein de l’assemblée municipale ont été bafouées. C’est inacceptable. Que valent après cela les discours enflammés sur l’élaboration d’une charte citoyenne, certes nécessaire, lorsque les droits de représentants des citoyens eux-mêmes ne sont pas respectés. 

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO