LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

dimanche 2 août 2015

Le parcours résidentiel, c'est le droit au logement pour tous !


Pourquoi la notion de « parcours résidentiel » est-elle un slogan de propagande dans les conditions de sa mise en œuvre dans notre ville ? Pour une raison extrêmement simple. Les conditions de logement proposées ne le sont pas pour les plus modestes et parce que le coût de l’accession à la propriété devient de plus en plus inaccessible. La première magistrate le proclame elle-même dans les réunions publiques: « il n’y aura pas un logement social supplémentaire, car je ne veux pas de ghettos ». Cela veut-il dire que le logement social conduit inévitablement au ghetto. Pourtant la ville du Pré-Saint-Gervais compte 47% de logements sociaux, et n’a pas la réputation d’être un ghetto. Que dire par contre de la ville de Clichy-sous-Bois qui compte, elle 33% de logements sociaux. Et comme pour faire peur, on continue allègrement d’affirmer que Romainville compte plus de 50% de logements sociaux. C’est un mensonge grossier que nous avons dénoncé, chiffres à l’appui. Nous y revenons. Nous rappelons nos sources :

  • Celle du journal «  Le Monde » datant de 2013 et donnant le chiffre de 45,03% (nous publions cette référence en fin de cet article)
  • L’autre provenant de monsieur Champion lui-même, qui écrit dans un article du magazine municipal de février 2012 : « Sur 4763 logements sociaux l’OPH en gère 3450 » Donc si nous prenons en compte le nombre de logements (10910, chiffre publié dans le magazine de juillet-août) nous arrivons au chiffre de 43,6%. Ce sont d’ailleurs les chiffres de l’INSEE.
  • Plus récemment « EST ENSEMBLE » a publié une photographie des 9 villes que comprend l’agglomération avec les pourcentages de logements sociaux qu’elles comptent (document à la fin de cet article). La seule ville dépassant les 50% est Bobigny. Précisons que le Vice –Président responsable à l’habitat à « Est Ensemble » n’est autre que monsieur Champion. Comment dans ces conditions retrouver dans le dossier sur l’aménagement de ce mois le chiffre de 50,9%. Cet enfumage des esprits, osons le dire devient insupportable !

Une nouvelle fois, monsieur l’Adjoint au Maire à l’aménagement  vante cette « charte des promoteurs » signée en 2012 et qui devrait selon ses dires garantir la mixité sociale, la qualité architecturale et environnementale et une commercialisation à des prix abordables. Ainsi après avoir bradé nombre de propriétés communales, il s’agissait avec cette charte de ramener les promoteurs à la raison. Ce n’est qu’un écran de fumée : la preuve.

En 2012,  madame Valls nous disait  que le prix moyen en centre ville s’élevait à 4500 euros (c’est encore le prix aujourd’hui) et qu’il passera à 4050 euros grâce à la décote de 10% pour les Romainvillois. Or dans le projet Grand’place, le m2 est vendu pour un F3 à 5100 euros. Si nous appliquons la décote de 10%, le prix de vente se situe à 4590 euros c'est-à-dire 90 euros de plus que le prix moyen. Nous sommes loin des 4050 euros annoncés. Quant à l’architecture je laisse à nos lecteurs le soin d’apprécier….Ces petites unités, pour reprendre la formule de monsieur Champion.

Dans les Bas Pays, le prix moyen se situant à 3800 euros, grâce à la décote de 10% les Romainvillois  devraient pouvoir bénéficier d’un prix au m2 s’élevant à 3420 euros. Or dans l’opération Villanova l’acquisition d’un F3 s’élève à 4200 euros. Avec la décote elle est de 3780 euros, soit à 20 euros près le prix du marché.

La méthode est classique, les promoteurs connaissant leur « métier ». Les prix de vent annoncés dépassent de 10 à 15% le prix du marché. On applique la fameuse décote et ils restent supérieurs au prix du marché.

Nous atteignons les sommets lorsqu’il nous est dit que la municipalité « a souhaité y introduire une obligation d’informer les riverains, en amont du dépôt de permis de construire. Quel aveu ! Cela veut dire qu’il n’y a donc eu aucune concertation sur les très nombreux projets qui sont sortis de terre ces dernières années. Par ailleurs, les permis de construire étant signés par madame la Maire, celle-ci pouvait faire obligation aux promoteurs de présenter leurs projets aux habitants, sans que cette contrainte ne soit inscrite dans une charte, qui n’empêche d’ailleurs pas les promoteurs immobiliers d’imposer leur loi. Celle de l’argent.


Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO